Assurance-santé et rapatriement

Il relève de la responsabilité individuelle de chacun de prévoir une assurance-rapatriement avant tout déplacement à l’étranger.

Tout Français désirant voyager ou s’établir à l’étranger doit prendre les dispositions nécessaires pour :

- la couverture des frais médicaux ou hospitaliers qu’ils seraient amenés à engager localement ;
- la prise en charge d’un rapatriement sanitaire incluant, éventuellement, le retour en avion spécial médicalisé.

Attention : Le consulat ne pourra pas vous rapatrier aux frais de l’Etat, sauf dans les cas d’une exceptionnelle gravité et sous réserve d’un remboursement ultérieur.

Certains de nos compatriotes résidents ou de passage au Québec pour des raisons professionnelles, familiales ou des vacances, sont confrontés à des situations complexes aux conséquences financières souvent très lourdes lorsqu’ils doivent payer des frais médicaux ou hospitaliers engagés localement, alors qu’ils n’ont pas contracté d’assurance santé et rapatriement.

Aussi, il nous semble opportun de vous rappeler, ainsi qu’à vos proches et à vos amis qui comptent vous rendre visite, la nécessité de disposer d’une couverture accident et santé contractée pour un séjour, même bref, au Québec.

La souscription d’une assurance voyage est très simple. Elle se fait souvent en ligne, sans questionnaire médicale et les cartes d’assurances peuvent être imprimée immédiatement.

Pour être remboursé, il faut conserver puis envoyer les originaux des factures et garder une copie. Il faut aussi joindre le justificatif du paiement.

Rapatriements sanitaires organisés par le ministère des affaires étrangères

Dans des situations d’urgence où un risque vital est avéré pour l’un de nos compatriotes, le ministère des affaires étrangères peut, malgré l’absence d’assurance, conduire à titre exceptionnel le rapatriement.

Nos compatriotes et leurs familles sont informés en amont des modalités budgétaires de ces opérations, qui donnent lieu à une avance par le ministère des affaires étrangères et à un engagement de remboursement de la dette ainsi contractée envers l’État.

Le recouvrement des frais permet de préserver notre capacité à venir en aide, dans le futur, à nos compatriotes en difficulté.

publié le 29/03/2018

haut de la page