Coopération France-Québec : intérêts scientifiques communs pour Brest et Rimouski

Grâce au 4ème appel à projets du Fond Franco-québécois de la Coopération décentralisée (FFQCD), à l’automne 2018, Anaximandre et Quiet-Oceans ont pu bénéficier d’une opération dite de "soft landing" sur le territoire québécois.

Le "soft landing", immersion entrepreneuriale sur un autre territoire, a pour objectif de mieux connaître le marché de ce territoire.

Quiet-Oceans

Carl Bois, directeur commercial de Quiet-Oceans (Plouzané) nous indique que "cette opération de soft-landing faisait suite à un premier déplacement en 2016 dans le cadre de la relation entre Brest et Rimouski".
"Elle a été vraiment utile pour Quiet-Oceans. Le soutien financier et l’aide à l’organisation d’un programme de rendez-vous nous a permis de mieux connaître les acteurs et le marché canadiens, de rencontrer des partenaires potentiels pertinents et de revoir des contacts intéressants. Nous avons gagné un premier contrat peu après la mission que nous n’aurions sans doute pas eu sans l’opération de soft-landing. Depuis, nous avons remporté un appel d’offres grâce à la connaissance acquise lors de ce déplacement. Cette opération nous a clairement permis de nous développer au Canada. Merci à Brest métropole, au Technopôle Brest-Iroise ainsi qu’à Technopôle Maritime de Québec », a ajouté M. Bois.

Anaximandre

Si l’opération ne s’est pas finalisée par un contrat pour Anaximandre (Landerneau), Guy Mordret, son directeur, souligne toutefois que « des partenariats au travers des projets collaboratifs autour des Big Data sciences sont toujours en discussions avec les différents acteurs économiques de Rimouski et Matane ».

En avril 2010, à la suite d’une mission de prospection organisée par Brest métropole avec le soutien de la Marine Nationale, la France et le Québec ont trouvé des intérêts scientifiques et économiques communs particulièrement concernant la prise en compte des enjeux de développement durable dans le secteur maritime.
Ces similitudes ont donné naissance à un accord de coopération entre Technopôle Maritime de Québec à Rimouski et le Technopôle Brest-Iroise, ce dernier ayant lui-même permis la concrétisation de nombreux projets qui ont peu à peu mobilisé davantage d’acteurs et embrassé de nouveaux domaines de coopération.

L’axe Brest-Rimouski

Depuis cette date, Brest métropole et le Technopole de Rimouski sollicitent et obtiennent des financements du FFQCD (Fond Franco-québécois de la Coopération décentralisée).

La coopération entre Brest et Rimouski va pouvoir continuer en 2019 et 2020 grâce au soutien du Fonds franco-québécois pour la coopération décentralisée. Sont notamment prévues des missions collectives au Québec en 2019, à Brest en 2020 mais aussi de nouvelles actions de soft-landing.

(crédit photo : Tourisme-Rimouski)

publié le 13/08/2019

haut de la page