Décès de M. Benoit-Jean Bernard - Message de Nathalie Loiseau, Ministre des Affaires européennes

Message de Nathalie Loiseau, Ministre des Affaires européennes de la République française et ancienne directrice de l’École Nationale d’Administration

« J’ai connu Benoît-Jean dans ses fonctions à la tête de l’AQUAENA, lorsque je dirigeais l’École Nationale d’Administration. Sitôt rencontrés, nous nous sommes liés d’amitié. Et pourtant, la première « qualité » que j’ai découverte chez Benoît-Jean, ce fut...son entêtement. Il voulait coûte que coûte monter un colloque pour l’anniversaire de l’envoi d’élèves Québécois à l’ENA. Il le voulait et rien ni personne ne pouvait y résister. J’ai donc cédé, bien volontiers d’ailleurs et je me suis rendue à Québec, en bonne compagnie, puisque j’avais proposé d’être accompagnée de Christine Demesse, alors présidente de l’AAEENA, de Daniel Jouanneau, ancien consul général à Québec et ancien ambassadeur au Canada, de Jean-René Cytermann, Inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale. Ce fut un beau colloque, Benoît-Jean avait raison, mais ce fut surtout un moment fort de l’amitié franco-québécoise. C’est à lui que nous le devons, à son enthousiasme, à sa force de conviction mais surtout, surtout, à son immense gentillesse. A peine rencontré, j’ai eu l’impression de connaître Benoît-Jean depuis toujours. Nous avons échangé souvent, il est venu à l’école à Strasbourg ainsi qu’à Paris, toujours plein de gaîté et de projets, en dépit de sa maladie, dont il parlait avec franchise et une attitude un peu bravache. On avait envie de le croire, lorsqu’il disait que ça allait, que la maladie ne l’aurait pas, que la science ferait des miracles. On se disait que pour lui ce serait possible, que tant d’amour de la vie et du vaste monde trouverait forcément à vaincre le mauvais sort.

La semaine dernière, Normand m’apprenait par un message beau et triste que le mauvais sort l’avait emporté. C’est avec infiniment de peine que je pense que je ne reverrai plus le sourire de Benoît-Jean, que je ne rirai plus à ses plaisanteries et à la voix chantante qui les égrenait, que je ne cèderai plus à son entêtement pour monter un nouveau colloque. Je me rassure en me disant que Benoît-Jean ne souffre plus. Mais nous tous, ses amis, nous avons bien de la misère à contenir notre chagrin. »

Message de Laurence Haguenauer, Consule générale de France à Québec

« C’est avec une profonde tristesse que le Consulat général de France a appris le décès de M. Benoît-Jean Bernard. La Consule générale, Laurence Haguenauer, jointe par ses équipes, tiennent à saluer sa mémoire. Diplomate passionné diplômé de l’ÉNA dans le cadre d’un programme d’échange France-Québec et fervent promoteur des intérêts stratégiques québécois à l’international, Benoît-Jean a largement contribué au rayonnement du Québec dans de nombreux domaines, par exemple en enseignement supérieur ou encore en matière de développement nordique et maritime. Sa distinction lors de la célébration du 50ème anniversaire du Ministère des relations internationales et de la francophonie (MRIF) du Québec couronnait une carrière exceptionnelle.

En tant que Haut fonctionnaire et comme Président de l’Association québécoise des anciens de l’ÉNA (AQUAENA) durant près de 20 ans, Benoît-Jean n’a cessé de manifester son attachement aux liens directs et privilégiés qu’entretiennent la France et le Québec. D’une part en menant avec succès de nombreux dossiers de coopération lors de son mandat au sein de la Délégation générale du Québec à Paris puis en tant que Directeur général France, Europe, Afrique et Moyen-Orient au MRIF, et d’autre part en animant le réseau de l’AQUAENA et en organisant de nombreux événements et colloques d’administration comparée, notamment lors des festivités du 400ème anniversaire de Québec en 2008 et de la visite d’Etat du Président de la République française, M. François Hollande, en 2014. Il a apporté une contribution majeure à l’approfondissement de la relation entre les administrations publiques française et québécoise.

Nous tenons à exprimer auprès de sa famille et de ses proches nos sincères condoléances en ce moment douloureux. »

Biographie

1973 : Université Laval (Québec) - Baccalauréat en sciences sociales
1975 : Université Laval - Maîtrise en sciences politiques et en relations internationales
1976 : Université Laval - Scolarité de doctorat en sciences politiques
1986 – 1987 : Diplômé de l’École Nationale d’Administration (Paris)

En 1976, Benoît-Jean Bernard débute sa carrière professionnelle comme professeur de sciences politiques et économiques au Séminaire de Québec.

Il passe de la théorie à la pratique dans des cabinets ministériels pendant 7 ans, de 1976 à 1982, dans quatre ministères auprès de trois ministres : aux Affaires municipales, à l’Aménagement et au Développement régional, à l’Industrie et au Commerce et auprès du président de l’Assemblée nationale du Québec.

Benoît-Jean intègre la fonction publique du Québec en 1982 dans le domaine des relations internationales où il exercera pendant près de 40 ans et acquérera une solide réputation de bâtisseur que ce soit pour la création de l’Association internationale des études québécoises (2007), le rétablissement de la Délégation du Québec en Allemagne, Suisse et Autriche et l’ouverture de l’Antenne de Berlin, ou encore la mise sur pied du Bureau du Québec en Inde.. D’abord directeur des relations parlementaires et internationales à l’Assemblée nationale, il est par la suite nommé chef de pupitre Italie/région méditerranéenne et adjoint au Commissariat pour la visite du pape au ministère des Relations internationales. Benoît-Jean est en service à l’étranger pendant 21 ans, à la Délégation générale du Québec à Paris, à la Délégation générale du Québec à Düsseldorf et enfin comme délégué du Québec à Munich pour l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse jusqu’en avril 2005. De retour à Québec, il fut directeur général France, Europe, Afrique et Moyen-Orient au ministère des Relations internationales du Québec (2005-2007).

Le 30 Octobre 2007, il était nommé directeur du nouveau bureau du Québec à Mumbai, en Inde. Le 1er septembre 2013, il regagnait Québec où il fut responsable successivement des trois priorités ministérielles du moment à savoir l’étude de faisabilité de la création de l’AQSI (Agence québécoise de Solidarité internationale), de la présence du Québec à l’Exposition universelle de Milan (2015 marquant le 50ième anniversaire de la présence du Québec en Italie) et enfin nommé Coordonnateur interministériel pour la promotion internationale « Plan Nord et Stratégie maritime » du Gouvernement du Québec jusqu’au 1er mai 2015.

publié le 25/09/2017

haut de la page