La France et le Québec s’entendent pour développer les dirigeables Flying Whales

En visite au Québec cette semaine, Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, et Sébastien Bougon, président de l’entreprise française FLYING WHALES, ont rencontré aujourd’hui Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, qui a confirmé une participation de 30 M$ dans le capital de FLYING WHALES.

C’est par le biais d’Investissement Québec que le Gouvernement du Québec a officialisé aujourd’hui une prise de participation de 30 M$ dans le capital-actions de FLYING WHALES et de sa filiale québécoise, les dirigeables Flying Whales Québec.
Ce partenariat permettra aussi l’implantation d’une usine de production de dirigeables ayant une exclusivité sur le marché américain et mènera à la réalisation, dès 2020, d’un volet de recherche et développement dont la priorité intellectuelle demeurera au sein de la filiale québécoise.

« Par sa situation géographique et son environnement d’affaires attrayant et compétitif, le Québec est naturellement prédisposé à accueillir les grands projets d’investissement de la France et de l’Europe. L’implantation de FLYING WHALES ici renforcera notre position dans les secteurs de l’aérospatiale et du transport à l’échelle mondiale", a indiqué Pierre Fitzgibbon.

JPEG

« La Région Nouvelle-Aquitaine est fière de participer à cette aventure industrielle aéronautique, FLYING WHALES, qui est synonyme de nouvelles possibilités dans le champ de la transition écologique et énergétique. Je suis heureux que le Québec rejoigne cette dynamique, laquelle conforte nos relations historiques et ouvre de nouvelles perspectives de développement pour nos entreprises et nos deux régions. », a précisé Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.

La Région Nouvelle-Aquitaine est un acteur majeur du programme LCA60T : second actionnaire français de FLYING WHALES, elle accueillera le site de production des dirigeables LCA60T pour l’Europe, et enfin plusieurs entreprises du consortium industriel du programme sont situées en Nouvelle-Aquitaine.

JPEG

« FLYING WHALES est fière de devenir une entreprise québécoise. Nous avons trouvé ici, d’une part, un écosystème aéronautique particulièrement riche pour renforcer le consortium industriel aujourd’hui franco-français du programme LCA60T, et d’autre part une dynamique économique qui nous permettra d’accélérer le développement du LCA60T, puis d’étendre la production et les activités liées à notre solution à l’ensemble du continent américain, depuis le Québec. », a ajouté Sébastien Bougon, président-directeur général de FLYING WHALES.

FLYING WHALES réinvente le dirigeable
Cette entreprise française développe, grâce à ses innovations et à la qualité de ses équipes et de son consortium industriel, un programme ambitieux et unique au monde : le LCA60T. Le LCA60T est un dirigeable pour le transport de charges lourdes doté d’une capacité d’emport de 60 tonnes.

Peu polluant, ce moyen de transport génère moins d’effets néfastes sur le plan écologique que les solutions de transport concurrentes, grâce à une réduction considérable de la consommation de carburant fossile et à des opérations qui n’ont aucune empreinte au sol (chargement et déchargement en vol stationnaire).
Le projet global de la société française vise le développement, la conception, l’industrialisation, la commercialisation et les activités d’un dirigeable d’une capacité de 60 tonnes, le LCA60T. Cet appareil sera destiné au transport, à bas coût et à très faible empreinte environnementale, de charges lourdes dans des lieux ou des régions difficiles d’accès.

publié le 25/11/2019

haut de la page