Les grands axes de la coopération décentralisée

Le dynamisme des territoires dans les relations franco-québécoises ne cesse de se renforcer au fil des ans, comme en témoignent les nombreux accords signés par les collectivités territoriales (Paris/Montréal, Bordeaux/Ville de Québec, Rennes-St Nazaire-Nantes/Ville de Québec, Montpellier/Sherbrooke, Brest /Rimouski etc.) ou par certaines régions françaises avec le Québec (Ile-de-France, Rhône-Alpes-Auvergne, Nouvelle-Aquitaine…).

La richesse de la coopération décentralisée franco-québécoise s’exprime dans la variété des projets mis en œuvre, en faveur du développement local : résidences croisées de startups dans des incubateurs, échanges de pratiques en politiques publiques locales (ex : écologie urbaine, atténuation et adaptation aux changements climatiques, entrepreneuriat, notamment en économie sociale et solidaire…), événements BtoB, résidences d’artistes…

Afin d’encourager et de soutenir ces initiatives territoriales, les Premiers ministres français et québécois ont décidé, lors des rencontres alternées de 2003, de créer le Fonds franco-québécois de coopération décentralisée (FFQCD), mis en place en 2005. Ce fonds a pour objet de soutenir la réalisation de projets novateurs, développés sur deux ans par les collectivités territoriales du Québec et de la France ou leurs partenaires locaux.

Depuis sa création, le FFQCD s’inscrit dans le cadre de la Commission permanente de coopération franco-québécoise (CPCFQ), sous la responsabilité du Ministère des relations internationales et de la francophonie (MRIF) et du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères (MEAE), représenté par le Consulat général de France (CGF) à Québec et la Délégation pour l’action extérieure des collectivités territoriales (DAECT).

Le FFQCD en bref

- Un fonds d’environ 160 à 200 K€ par an pour les porteurs de projet français, idem côté québécois (avec un financement maximum à hauteur de 50% du projet),

- Un appel à projets lancé tous les 2 ans (biennie) – la prochaine biennie concerne la période 2021-2022.

- Pour qui ? Pour les collectivités locales.

- Chaque projet doit associer une équipe française et une équipe québécoise (pour les projets sélectionnés, le MEAE finance la partie française, le MRIF la partie québécoise)

- Le comité de sélection des projets est composé de représentants du MEAE et du MRIF, la CPCFQ a validé la programmation 2019-2020 lors de sa réunion plénière, au premier trimestre 2019.

- Les thèmes de la biennie 2019-2020 :

  • Innovation et développement économique des territoires
  • Territoires durables et intelligents
  • Insertion sociale et professionnelles jeunes
  • Rayonnement culturel

Exemples de projets soutenus en 2019-2020

  • Le « Réseau franco-québécois pour l’innovation en biomatériaux et biotechnologies pour les dispositifs médicaux implantables » porté par la région Nouvelle-Aquitaine et Québec International. L’objectif de ce projet est d’organiser et structurer une filière de coopération scientifique et technique entre des acteurs industriels, académiques ou des centres de transfert de technologies entre les deux territoires.
  • La plateforme d’animation en innovation aérospatiale-numérique entre Toulouse et Montréal, vise à rapprocher les deux villes en matière d’intelligence artificielle.
  • CreaOcean, porté par Brest métropole et le Technopole maritime du Québec à Rimouski, qui vise à soutenir des jeunes porteurs de projets et des entreprises innovantes dans le domaine de l’économie bleue, notamment dans le secteur « mer et numérique ».
  • Innover sur des pratiques de gestion des eaux de surface pour des villes intelligentes et durables entre le Grand Lyon et l’Université de Laval, pour mieux gérer les eaux pluviales et lutter contre l’érosion.

publié le 08/09/2020

haut de la page