Nuit des Idées 2019 au Québec : Le succès au rendez-vous

Le succès était au rendez-vous ce 31 janvier dernier, pour la 2ème édition de La Nuit Des Idées au Québec. Plusieurs centaines de personnes sont venues écouter les tables rondes avec des panélistes québécois et français, sur le thème 2019, Face au Présent. Cette année, pour la première fois, l’évènement se déroulait à Montréal et à Québec, dans trois lieux différents.

REVOIR LES DÉBATS

Pour Laure Adler, l’une des invitées françaises de la Nuit des Idées à Montréal, « Le féminisme est une histoire de relais générationnel ». Panéliste d’une table ronde à la Galerie de l’UQAM en début de soirée, avec l’écrivaine québécoise Francine Pelletier, la féministe et journaliste française a évoqué de multiples souvenirs avant de conclure l’évènement à la Place Des Arts en fin de nuit avec l’artiste québécoise Ines Talbi, sur le thème « Femme et artiste aujourd’hui ».

La comédienne et réalisatrice française, Zabou Breitman, était aux côtés de Jérémie Mc Ewen, professeur, musicien et chroniqueur, pour parler d’art et d’éducation, à la Place des Arts. Il s’agissait d’un retour en terre familiale pour l’artiste française dont la mère est québécoise.

Laure Adler a souligné « l’ambiance sympathique et bienveillante » de l’évènement qu’elle connait bien pour y avoir participé dans le passé ailleurs dans le monde.
Damien Carême, le maire de Grande-Synthe, était l’invité de La Maison de la Littérature de Québec, pour une table ronde sur le thème des « défis sociaux des masses et futur des démocraties », en compagnie d’Aurélie Lanctot et d’Antoine Robitaille. Organisé pour la première fois dans la Capitale-Nationale, l’évènement affichait complet bien avant le jour J.

En début de soirée, l’écrivain français Olivier Bleys s’entretenait avec Marie Christine Bernard (écrivaine) et Louis-Karl Picard-Sioui (écrivain, historien et performeur – membre du peuple wendat) autour de la définition de nos territoires géopolitiques, culturels, sociaux et individuels face aux enjeux environnementaux.

Plusieurs performances artistiques ont été présentées entre les six tables rondes de cette édition 2019, dont un poème spécialement écrit pour l’occasion par Marie-Paule Grimaldi.

L’entrevue avec Laure Adler :

L’entrevue avec Zabou Breitman :

Le poème de Marie-Paule Grimaldi :
(Tous droits réservés - Reproduction interdite sans autorisation)

Regarde
Le bûcher est vide
Nous ne brûlons plus pour faire partir les bateaux ou pour la guerre ou pour la patrie ou pour un parti encore moins pour le père
Antigone fugue laisse ces gens qui ne l’écoutent pas
Nos corps n’absorbent plus la peur et les fantasmes
Nos corps ne sont plus les passages du soin le réceptacle de l’excédent
Nous ne guérissons rien surtout pas le silence de la mère
Nous ne supportons plus jusqu’à détruire notre chair et la chair de nos chairs
Nous ne périssons plus de maintenir l’ordre ou de le défaire
Nous ne feignons plus la faiblesse
Nos corps ne sont pas là où tu les attends
Nous répondons aux privilèges du manque par notre absence
Sans permission nous désertons
Ce n’est plus une lutte c’est une évidence
Les costumes tombent sans exposition
Nous désertons l’approbation l’adulation
Nous désertons l’hystérie fascinante
Nous sommes sans value dans l’économie de la névrose
Lavée de nos cendres
Nous ne sommes plus de service
Notre sein est nu pour le soleil seul
Les miroirs fondent
Redeviennent larmes
Nous insistons
Si nombreuses, différentes, si insaisissables
Si aussi présentes que la lumière et le vent
Si vivantes
La bouche joyeuse les dents bien en vue le rire fauve
Notre peau est sortie jouer dehors
Tracer des cercles déplacer les cactus du désert
Pour d’autres symétries cosmiques
Regarde-nous désobéir à la mort
Le feu est à nos poignets
Viens t’y réchauffer si tu veux

publié le 07/02/2019

haut de la page