Programme de bourses Frontenac : 24 candidats sélectionnés

Le programme Frontenac soutient la mobilité d’étudiants québécois de deuxième cycle (master/maîtrise) issus de tous les secteurs (santé, sciences humaines et sociales, arts et lettres, sciences naturelles et génie), inscrits dans une formation en France pour un séjour d’au moins 3 mois. Cette année, 24 étudiants vont pouvoir bénéficier de ces bourses, d’une valeur individuelle de 6000$.

Les 24 étudiants sélectionnés proviennent de plusieurs universités québécoises (Université du Québec à Montréal, Polytechnique Montréal, Université Laval, Université de Montréal, Université de Sherbrooke, Mc Gill, Université du Québec à Trois Rivières, et l’École de Technologie Supérieure), et partent étudier dans diverses régions de France, à Paris comme en province. Les étudiants postulant pour des formations à double diplôme franco-québécois ont été privilégiés. Au total sur les 24 étudiants sélectionnés, 9 sont inscrits dans un programme bidiplômant.

Les bourses Frontenac, d’une valeur de 6000$, ont pour but d’aider les étudiants à financer les frais de transports aller-retour Québec-France, les déplacements locaux, ainsi que les allocations de séjour de l’étudiant.

Le prochain appel à candidature pour les bourses Frontenac 2018/2019 se fera au printemps 2019.

Les candidats ayant été refusés à leur première demande de bourse sont autorisés à déposer une seconde fois leur candidature à la deuxième année de leur programme d’études.

À propos du programme de bourses Frontenac : Ce programme a été lancé en 1996 par le Ministère des Relations Internationales et de la Francophonie (MRIF) du Québec et le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) dans le cadre de la Commission permanente de coopération franco-québécoise (CPCFQ). Originellement adressé aux étudiants de 3eme cycle universitaire (doctorants inscrits en cotutelle de thèse franco-québécoise), ce programme a été réorienté en 2017 vers les étudiants québécois de 2ème cycle universitaire, afin de promouvoir le système d’enseignement supérieur français.

publié le 27/07/2018

haut de la page